Annie Cordy : Les Trois Bandits de Napoli
Artiste reconnue de tous pour son talent aussi grand que son cœur et que sa disponibilité, Annie Cordy reste encore aujourd'hui la première fantaisiste française. Celui ou celle qui a vu Annie Cordy sur scène dans son "show-woman", explosive de fantaisie, de rythme et de gaieté, ne peut que l'aimer ...En savoir +
et écouter ses disques, véritables anti-dépresseurs "survitanimés". Née à Bruxelles, elle débute son parcours artistique en 1945 sous le nom de Nini Cordy, chantant dans divers endroits de la ville, dont le cabaret Le Bœuf sur le Toit, où elle propose déjà un tour de chant fantaisiste très professionnel. Par quelle magie trouve-t-elle l'occasion d'enregistrer quelques-unes de ces chansons d'alors ? Toujours est-il que les 9 faces gravées en 1948 ont été retrouvées après de nombreuses années de recherches, et qu'elles sont enfin rééditées aujourd'hui, pour le plus grand plaisir de ses fans… En 1950, le Lido de Paris l'engage comme meneuse de revue, et deux ans plus tard, le Moulin Rouge l'accueille pour un tour de chant fantaisiste des plus prometteurs. Grâce aux chansons "Les trois bandits de Napoli" et "A Compostelle" (Prix Maurice Chevalier de Deauville 1952), la France entière découvre une petite belge pleine de talents, et qui ne demande qu'à se faire adopter des Français… ce qu'elle réussit brillamment. Avec le triomphe de l'opérette "La route fleurie" fin 1952 et son passage en vedette à l'Olympia en 1955, Annie Cordy obtient une renommée sans précédent, et tout le monde fredonne ses chansons, dont le commun dénominateur est la joie de vivre, de chanter, de s'amuser. Le présent CD nous la restitue ainsi, et chacun d'entre nous peut réentendre ses plus grands triomphes des 50's, "La p'tite Marie", "La p'tite sonnette", "Et bailler et dormir" etc, qui n'avaient jamais connu la joie de la réédition.
Annie Cordy : Aye ma Mamy, Aye ma Mama - Il jouait d'la contrebasse - Il aurait bien voulu - La guitare à Chiquita - Papa, Mama, Samba - Cuanto le gusta - Les pompiers du Mexique - Une fille du rodéo - C'est magic - La petite Marie - À Compostelle - Les trois bandits de Napoli - Je n'peux pas ! - La p'tite sonnette - Y'en a, y'en a pas - Quand le bâtiment va - Fleur de papillon - Les trois p'tites pommes - Bon papa Noé - Et bailler et dormir - Bonbons, caramels

Annie Cordy : Les Trois Bandits de Napoli - Légende de la chanson française Disponible
7.90 €
Réf. 2432.045
Ajouter au panier

Descriptif complet :
Annie Cordy : Les Trois Bandits de Napoli

Artiste reconnue de tous pour son talent aussi grand que son cœur et que sa disponibilité, Annie Cordy reste encore aujourd'hui la première fantaisiste française. Celui ou celle qui a vu Annie Cordy sur scène dans son "show-woman", explosive de fantaisie, de rythme et de gaieté, ne peut que l'aimer et écouter ses disques, véritables anti-dépresseurs "survitanimés". Née à Bruxelles, elle débute son parcours artistique en 1945 sous le nom de Nini Cordy, chantant dans divers endroits de la ville, dont le cabaret Le Bœuf sur le Toit, où elle propose déjà un tour de chant fantaisiste très professionnel. Par quelle magie trouve-t-elle l'occasion d'enregistrer quelques-unes de ces chansons d'alors ? Toujours est-il que les 9 faces gravées en 1948 ont été retrouvées après de nombreuses années de recherches, et qu'elles sont enfin rééditées aujourd'hui, pour le plus grand plaisir de ses fans… En 1950, le Lido de Paris l'engage comme meneuse de revue, et deux ans plus tard, le Moulin Rouge l'accueille pour un tour de chant fantaisiste des plus prometteurs. Grâce aux chansons "Les trois bandits de Napoli" et "A Compostelle" (Prix Maurice Chevalier de Deauville 1952), la France entière découvre une petite belge pleine de talents, et qui ne demande qu'à se faire adopter des Français… ce qu'elle réussit brillamment. Avec le triomphe de l'opérette "La route fleurie" fin 1952 et son passage en vedette à l'Olympia en 1955, Annie Cordy obtient une renommée sans précédent, et tout le monde fredonne ses chansons, dont le commun dénominateur est la joie de vivre, de chanter, de s'amuser. Le présent CD nous la restitue ainsi, et chacun d'entre nous peut réentendre ses plus grands triomphes des 50's, "La p'tite Marie", "La p'tite sonnette", "Et bailler et dormir" etc, qui n'avaient jamais connu la joie de la réédition.
Annie Cordy : Aye ma Mamy, Aye ma Mama - Il jouait d'la contrebasse - Il aurait bien voulu - La guitare à Chiquita - Papa, Mama, Samba - Cuanto le gusta - Les pompiers du Mexique - Une fille du rodéo - C'est magic - La petite Marie - À Compostelle - Les trois bandits de Napoli - Je n'peux pas ! - La p'tite sonnette - Y'en a, y'en a pas - Quand le bâtiment va - Fleur de papillon - Les trois p'tites pommes - Bon papa Noé - Et bailler et dormir - Bonbons, caramels

Haut de page