Philippe Clay : Le danseur de charleston
Le jeudi 13 décembre 2007, Philippe CLAY disparaissait à l'âge de 80 ans des suites d'un arrêt cardiaque. Nous n'oublierons jamais cet immense artiste, dont le parcours, tant au music-hall qu'au cinéma, à la télévision et au théâtre, fut considérable. Son visage anguleux, son allure filiforme, sa ...En savoir +
façon d'arpenter la scène à grandes enjambées, son art du mime, sa voix puissante et gouailleuse, ainsi que son sens du comique en ont fait un interprète hors pair. Après les Trois Baudets et la Fontaine des Quatre Saisons, il fréquente les caves de Saint-Germain-des-Prés, rôdant un répertoire où se côtoient déjà Aznavour, Béart, Caussimon, Lafforgue et Vian. De cette première période de sa vie, celle du chanteur, nous vous offrons aujourd'hui le meilleur, soit 26 chansons indispensables du mètre nonante Philippe CLAY, succès et raretés des années 50.
Philippe Clay : Le Grisbi - Le noyé assassiné - Moi, j'fais mon rond - La goualante du pauvre Jean - Si j'avais un piano - Le danseur de charleston - Ah ! - L'illusionniste - Qu'est-ce que j'en ai à foutre - Vise la poupée - On n'est pas là pour se faire engueuler - Demain je dors jusqu'à midi - Les voyous - C'est une chanson - Enfin le printemps - Où sont les pépées ? - Ne t'fais pas d'mouron - Le chemineau - La chanson de Clopin - Festival d'Aubervilliers - À Perpète - Un fil sous les pattes - Je n'peux pas m'empêcher - Quatorze juillet - La rue - Cigarettes, whisky et p'tites pépées

Philippe Clay : Le danseur de charleston - Légende de la chanson française Disponible
7.90 €
Réf. 2617.041
Ajouter au panier
4/ 4 sur 1 avis > Voir les avis clients

Descriptif complet :
Philippe Clay : Le danseur de charleston

Le jeudi 13 décembre 2007, Philippe CLAY disparaissait à l'âge de 80 ans des suites d'un arrêt cardiaque. Nous n'oublierons jamais cet immense artiste, dont le parcours, tant au music-hall qu'au cinéma, à la télévision et au théâtre, fut considérable. Son visage anguleux, son allure filiforme, sa façon d'arpenter la scène à grandes enjambées, son art du mime, sa voix puissante et gouailleuse, ainsi que son sens du comique en ont fait un interprète hors pair. Après les Trois Baudets et la Fontaine des Quatre Saisons, il fréquente les caves de Saint-Germain-des-Prés, rôdant un répertoire où se côtoient déjà Aznavour, Béart, Caussimon, Lafforgue et Vian. De cette première période de sa vie, celle du chanteur, nous vous offrons aujourd'hui le meilleur, soit 26 chansons indispensables du mètre nonante Philippe CLAY, succès et raretés des années 50.
Philippe Clay : Le Grisbi - Le noyé assassiné - Moi, j'fais mon rond - La goualante du pauvre Jean - Si j'avais un piano - Le danseur de charleston - Ah ! - L'illusionniste - Qu'est-ce que j'en ai à foutre - Vise la poupée - On n'est pas là pour se faire engueuler - Demain je dors jusqu'à midi - Les voyous - C'est une chanson - Enfin le printemps - Où sont les pépées ? - Ne t'fais pas d'mouron - Le chemineau - La chanson de Clopin - Festival d'Aubervilliers - À Perpète - Un fil sous les pattes - Je n'peux pas m'empêcher - Quatorze juillet - La rue - Cigarettes, whisky et p'tites pépées

Mimi, 11/02/2017

Très bon Cd Respectant avec perfection les sons et la sensibilité de son interprète !!!
Je cherche dans un autre Cd la chanson où Philippe Clay chante sur une ville disparue suite à la folie des hommes après une explosion nucléaire. "Avait une ville,il n'a plus rien etc......

Haut de page